Actifs digitaux et surveillances de noms de domaines : les stratégies étendues

Par Jacques Blanc, Directeur et Gaël Mancec, Juriste, ProDomaine et Keep Alert.

www.keepalert.com

Les usages classiques d’une surveillance sont connus et se résument pour l’essentiel à la détection de cas de cybersquatting de la marque et vente de produits contrefaits, étendus parfois à une recherche de similitudes de dépôts destinés à empêcher le glissement d’une marque vers un caractère générique.

Malgré quelques limites, l’expérience nous apprend qu’une surveillance de Noms de Domaines peut en apprendre bien plus à l’entreprise sur son périmètre et la gestion de ses actifs Digitaux mais aussi sur son environnement compétitif ou le respect de ses propres pratiques en ligne.

Une utilisation optimisée de ces outils permettra un vrai retour sur investissement pour les tenants de la Protection des Marques digitales.

1. SURVEILLANCES DE NOMS DE DOMAINES : FONCTIONNEMENT ET BONNES PRATIQUES

L’utilisateur perçoit rapidement les résultats d’une surveillance ; mais il est bon de rappeler les principes et limites de collecte de l’information ainsi que les bonnes pratiques en matière d’analyse initiale

Dans un premier temps, nous rappellerons sur quels principes, quelles sources et dans quelles limites fonctionne la collecte des données supportant une surveillance de noms de domaines.
Dans un second temps, nous verrons quelles sont les grandes étapes permettant un classement rapide des résultats, basé sur l’élimination du bruit et la remontée des éléments pertinents.

2. SURVEILLANCES DE NOMS DE DOMAINES : INFORMATIONS ET USAGES MECONNUS

Les noms de Domaines sont une riche source d’informations, tant par leurs caractéristiques d’identité (WHOIS) que par ce qu’ils révèlent des stratégies d’entreprise de leurs titulaires, utilisateur ou compétiteur.

Dans un premier temps nous verrons ce que l’analyse du WHOIS et des structures de nommage des portefeuilles, croisées avec les informations de type Trademark, procure comme informations sur l’état et les stratégies digitales de l’entreprise.
Dans un second temps nous découvrirons, après ce rappel, comment une utilisation étendue de cette information à d’autres départements de l’entreprise et à son univers compétitif est susceptible de dégager une valeur ajoutée informative au-delà des utilisations traditionnelles.


Jacques Blanc, directeur de ProDomaines & Keep Alert
Travaillant dans le domaine Internet et NTIC depuis plus de 15 ans, Jacques a pu durant ces années, mesurer l’ampleur du chemin parcouru et acquérir une profondeur stratégique sur les enjeux et les évolutions du Web, premier vrai media « intégral » de taille mondiale.
En 1994, il entre chez Franklin Partners / Mediagérance, au service de la communication opérationnelle et financière de client tels que Valeo, Lafarge ou Air France. En 2000, il rejoint la société Email Vision (numéro 1 français de l’Emailing) comme Directeur du Développement Commercial. En 2002, il devient Directeur Commercial de la Société VeriSign France et participe à son développement. En 2008 et 2013, suite à deux rachats successifs, il sera Manager Europe du Sud et Moyen Orient pour la société Melbourne IT (l’un des leaders mondiaux du nom de domaine) puis Digital Brand Consultant pour la société CSC DBS, l’autre leader du marché, traitant 90% des sociétés du Fortune 500.
Titulaire d’une Licence et Droit Public et d’une Maîtrise de Droit International (Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Jacques possède également un diplôme d’Ingénieur en Commerce International (CESI).


Gaël Mancec, juriste de ProDomaines & Keep Alert
Gaël est passionné par les nouvelles technologies et leurs problématiques juridiques. Après un double cursus juridique spécialisé en droit de la propriété intellectuelle et des Nouvelles Technologies, Gaël se focalise sur les atteintes en ligne (contrefaçon et e-reputation) en intégrant le service juridique d’une importante Web Agency.
Après différentes expériences au sein de cabinet d’avocat et CPI, Gaël complète son cursus par un second Master lui permettant d’appréhender les problématiques de ventes réglementées, les dépôts de marques spécifiques ainsi que les moyens de lutte contre la contrefaçon, notamment dans le domaine du luxe.
Durant l’hiver 2013, Gaël rejoint ProDomaines et Keep Alert afin d’assurer les différentes missions juridiques au sein de ces entités et assister les clients dans leurs problématiques NTIC.
Gaël a rédigé un Mémoire sur le Droit à l’oubli numérique ainsi qu’un Mémoire sur les conflits entre les noms de domaines, les marques vitivinicoles et les indications géographiques.
Gaël intervient régulièrement dans la chronique UDRP. A ce titre, Gaël analyse l’ensemble des décisions UDRP rendues par le NAF et le WIPO afin de publier un livre blanc à ce sujet dont il est contributeur depuis 2013.

Retour au programme complet

...ou Inscrivez-vous à cette conférence et d’autres